Paris 2015 COP21 : Camps conergtiques

Par l'quipe d'IOS le 4 dcembre 2015

Le battage médiatique autour de la Conférence de Paris de 2015 sur le climat COP21 nous montre l'engagement des grands de ce monde, mais cela doit surtout nous rappeler que c'est la somme des millions de petits actes qui seront ferons la différence.

La crise économique de 2008 nous avait permis, à titre d'entreprise, de porter une réflexion sur nos façons de faire en exploration minérale. Au printemps 2008, pour approvisionner un seul camp d'exploration, nous avions dû installer un parc de réservoir de carburant de plus de 60 000 litres. Sur un second projet, le simple carburant pour hélicoptère avait nécessité la mobilisation de deux camions remorques tandem (« B-trains ») de barils. Sachant que chaque baril de kérosène génère 0,4 tonne de CO2, c'est un total de plus de 200 tonnes de gaz à effet de serre qui ont été générées par nos simples balades héliportées! Considérant que le carburant est le second ou troisième poste budgétaire des campagnes d'exploration en région éloignée, une revue des façons de faire s'impose. Et nous avons mis notre inventivité au travail!

Regardons simplement le cas du chauffage hivernal des campements temporaires. Un campement temporaire se compose typiquement d'une vingtaine de tentes : dortoirs, cuisine, bureau, salle d'eau, « core-shack », « split-room », atelier mécanique, etc. Chauffée avec une fournaise à l'huile conventionnelle, chaque tente consomme de l'ordre d'un baril (205 litres) par semaine. C'est 20 barils, ou 4000 litres, ou 11 tonnes de gaz à effet de serre par semaine. Et cela sans calculer le carburant requis pour le transport des dits barils. Si le carburant doit être acheminé par hydravion, il en coute de l'ordre de 1200 $ du baril, ou 25 000 $ par semaine seulement pour le chauffage.

À la suite de l'installation d'un système de chauffage géothermique pour nos entrepôts, nous avons sorti nos tables à dessin, nos calculatrices et la cafetière! De cela est né le Système de chauffage géothermique modulaire pour camps temporaires. La théorie est simple : un circuit d'éthyle-glycol est installé dans le fond d'un lac profond et connecté à un système de thermopompes desservant les tentes. La pratique est un peu plus complexe, mais elle fonctionne. Il est ainsi possible de chauffer l'ensemble du campement à l'aide d'un seul groupe électrogène de 15-20 kW. La consommation est ainsi réduite à 4 barils par semaine, soit une économie de 75 % de la quantité de carburant! Le système est modulaire « plug-and-click », la seule pièce ne pouvant être manipulée à bras d'homme étant la génératrice. Avec un poids total de 5000 livres, le système peut être transporté en trois voyages d'hydravion (type « Otter »). Il peut être installé par 4 hommes en 3 jours. Son cout d'achat (200 000 $) est amorti en une saison par les simples économies de carburant. Et le bonus : la climatisation du camp l'été! Ne soyez pas climato-sceptique, cela fonctionne!

Nous travaillons sur le concept depuis 5 ans. Le système a été déployé pour des campements estivaux et automnaux depuis 3 ans. Un déploiement hivernal sera réalisé dans quelques mois.

Parce que Écologie et Économie ont la même racine étymologique : « OIKOS » ou maison!

< Retour aux nouvelles